Comment différencier l’enseignement à partir d’un simple spreadsheet ?

Adoptant ce propos de Ken Robinson,

One of the perils of standardized education is the idea that one size fits all. (Creative schools, chapitre 9 Bring it all back home)

et partant donc du principe qu’on ne saurait donner un même exercice à 30 élèves différents, j’avais imaginé comment différencier l’apprentissage de l’orthographe.

Si le sujet vous intéresse, j’en avais déjà parlé dans l’article Cette année, la dictée en cache trois ainsi que dans Différencier l’enseignement : deux exemples. Il faudrait d’ailleurs que je republie un article sur la chose qui a depuis largement évolué. Vous pouvez en tout cas télécharger Vingt-quatre dictées, un livre proposant six dictées différenciées en quatre versions différentes (plus d’autres à venir).

En y repensant, je constate que c’est un sujet qui me préoccupe depuis des années. Je me souviens qu’en 2012, je me triturais déjà les méninges pour savoir comment on pouvait évaluer le traditionnel exercice de la dictée (voir Comment évaluer cette dictée) sans que cela ne devienne un jeu de massacre anxiogène pour tout le monde : prof, parents, élèves.

Ayant trouvé un système me satisfaisant concernant la dictée, je cherchais comment différencier l’enseignement de la grammaire. Voici où j’en suis parvenu de mes réflexions.

Tout commence dans un spreadsheet

Comme l’indique le sous-titre, tout commence dans un spreadsheet. Celui-ci est délivré via Google Classroom (je précise que tous nos élèves ont un iPad) et chaque élève reçoit donc une feuille de calcul (pour le dire en français) dans lequel il y a trois onglets.

Les voici.

1. Explications

Le premier (voir illustration ci-dessous) présente quelques explications et précise où l’élève trouvera les ressources qui lui seront utiles et qui seront constituées essentiellement du manuel de grammaire au format ePub et des vidéos que l’on trouvera sur ma chaîne YouTube.

2. Programme

Le deuxième onglet (voir illustration ci-dessous) présente le programme de grammaire décliné en trois versions correspondant à trois niveaux de difficulté différents : piste noire, piste rouge et piste bleue.

Dans ce programme, tout ce qui ne possède pas d’hyperlien se trouvera dans le manuel de grammaire susmentionné. Le reste figure soit sur YouTube soit sur mon site Ralentir travaux. Ce sont des exercices.

Les élèves sont donc invités à suivre ce programme en fonction du niveau qui est le leur.

3. Progression

Le dernier onglet permet à l’élève d’indiquer où il en est dans son travail. Pour chaque partie du programme, un menu permet à l’élève de préciser

  1. S’il a fini les exercices
  2. S’il n’a pas fini les exercices
  3. S’il a besoin d’aide

Ici, précisons tout de suite qu’en faisant ainsi les élèves sont invités à travailler en toute autonomie. Ils forment des groupes de trois à quatre élèves et travaillent selon leur niveau, à leur rythme et selon leur besoin . J’admets qu’un élève me dise qu’il n’a pas du tout besoin de réviser telle ou telle partie du programme ou qu’il a parfaitement compris tel point et qu’il n’a pas besoin de mes explications ou d’une correction. Et, en effet, ma contribution est parfois inexistante tant il est vrai qu’il y a pratiquement toujours un élève dans un groupe qui a la réponse au problème qui leur est soumis. Je suis alors plus libre pour répondre aux questions d’élèves moins autonomes ou ayant des difficultés.

En somme, les élèves — pour la plupart — sont conviés à être autonomes et ils évoluent ainsi dans un univers que j’imagine être assez proche du modèle de Sugata Mitra et de son SOLE (Self Organised Learning Environment).

Vous vous demanderez peut-être si ce n’est pas une lourde responsabilité pour des élèves de sixième. Eh bien apprenez que j’ai souvent le sentiment d’être encore trop présent et de ne pas leur faire assez confiance. En revanche, parfois, certains élèves pêchent par orgueil : ils croyaient avoir compris et finalement non. Ils avaient présumé de leur niveau et alors on les voit passer d’une piste à une autre.

Quoi qu’il arrive, les élèves peuvent refaire une évaluation dont le résultat ne leur donne pas entièrement satisfaction. La prise de risque est donc minime. En effet, tout contrôle peut être fait et refait.

Un autre spreadsheet

Vous vous demandez peut-être comment je fais pour savoir où chaque élève en est de sa progression. Bien sûr, je ne vais pas voir chaque spreadsheet des élèves pour en prendre connaissance.

En fait, toutes ces informations sont automatiquement rassemblées sur un spreadsheet (celui du prof en somme). Ainsi quand 25 élèves m’indiquent qu’ils ont fini telle partie, tout apparaît sur ce spreadsheet.

Je sais alors où les élèves en sont et je peux ainsi dégainer mon évaluation, ce que je fais encore de façon traditionnelle et je confesse que j’aimerais bien automatiser la chose. Ce sera la prochaine étape.

Pour l’heure, vous vous demandez peut-être comment l’information donnée par un élève sur son fichier peut apparaître sur le mien. En d’autres termes, comment connecter deux feuilles de calcul ?

La réponse courte réside dans la fonction IMPORTRANGE.

Un peu de technique

La fonction IMPORTRANGE est… une fonction ! Comme les banales fonctions SUM ou AVERAGE que vous utilisez peut-être quand vous faites des évaluations.

La syntaxe est toute simple et correspond en gros à ceci :

IMPORTRANGE("https://docs.google.com/spreadsheets/d/abcd123abcd123", "sheet1!A1:C10")

Dans la parenthèse, vous avez l’URL du fichier de l’élève entre guillemets (https://docs.google.com/spreadsheets/d/abcd123abcd123). On trouve ensuite (toujours entre guillemets) le titre de l’onglet (sheet1!) dans lequel il faut aller rechercher l’information, et enfin la ou les cellules (A1:C10).

En d’autres termes, ça signifie que quand vous préparez tout cela, vous faites un banal spreadsheet destiné à l’élève sur lequel celui-ci vous dira s’il a fait ses exercices ou pas. Et vous, vous faites un autre spreadsheet un peu plus compliqué cette fois où vous aurez les informations suivantes :

  1. Les nom et prénom de l’élève
  2. L’URL menant au spreadsheet de l’élève
  3. Et les cases dans lesquelles l’élève indique sa progression. C’est dans ces cases que se trouvent autant de fonctions IMPORTRANGE dont vous aurez besoin.

Et si vous souhaitez que l’ensemble soit visuel, choisissez de colorer les cases en vert si tout va bien ou inversement en rouge si ça ne va pas. À cet effet, dans Google Sheets, allez dans Format > Conditional formatting. De cette façon, en un seul coup d’œil vous embrassez les résultats de toute la classe.

On va quand même pas faire ça à la main ?

Naturellement, vous avez autre chose à faire que de créer un spreadsheet dans lequel vous allez copier de 20 à 30 URL de fichiers que vous avez partagés. C’est pour cette raison qu’il convient d’automatiser un peu les choses. Pour cela, il vous faut l’application Google Classroom qui vous permet d’envoyer et partager autant de spreadsheets que d’élèves.

En choisissant l’option « Make a copy for each student », chaque élève reçoit un spreadsheet à son nom. Vous n’aurez plus ensuite qu’à utiliser dans Google Chrome une charmante extension de Google Sheets qui vous permettra d’aller chercher automatiquement toutes les informations dont vous avez besoin : noms et prénoms et URL des fichiers partagés. Cette extension est Files Cabinet.

Tout cela est un peu obscur ? Dites-le-moi dans les commentaires. Éventuellement, si besoin est, je ferai un tutoriel complet en vidéo, car il y a pas mal de manipulations à effectuer pour arriver au résultat voulu.

Conclusion

J’ai donc là deux moyens de différencier l’enseignement de l’orthographe et de la grammaire. Dans les deux cas, les exercices sont déclinés en plusieurs versions correspondant à des niveaux différents désignés sous l’appellation de piste, métaphore sportive que nombre de collègues ont adoptée au lycée.

Dans les deux cas, cette façon de travailler fait la part belle à l’autonomie. Et de fait, j’invite souvent les élèves à chercher par eux-mêmes les solutions à leur problème. Par exemple, en ce qui concerne les dictées, de nombreuses erreurs peuvent être corrigées avec un Bescherelle ou un dictionnaire comme celui de l’Académie française qui permet de faire une recherche phonétique. Cela veut dire qu’un élève qui n’a pas la moindre idée de l’orthographe d’un mot peut quand même le trouver tout seul.

Par ailleurs, vous n’avez probablement pas le temps de produire un manuel de grammaire au format ePub ou des vidéos sur YouTube, mais rien ne vous empêche de construire votre progression à partir des ressources que vous pouvez glaner sur le web.

Comme j’ai pu le constater avec les dictées, ce système est perfectible et je suis impatient de voir où en seront les choses dans quelques années. J’aimerais aussi étendre cette façon de faire à d’autres types de travaux : rédaction, commentaire composé, lecture analytique, etc.

Si vous avez des idées, je suis preneur !

Le livre numérique, l’histoire d’un naufrage

Cet article a été, à l’origine, publié sur Medium, il y a quelque temps déjà. Il prenait la forme d’une lettre ouverte destinée aux éditeurs auxquels j’entendais confier mon désarroi concernant l’état du livre numérique. J’y avouais ma déception quant à la négligence dont lesdits éditeurs faisaient preuve à l’égard du livre numérique.

Au moment où cette lettre a été écrite, je dois confesser que je pensais que les choses finiraient par s’arranger. Mais hier (c’est-à-dire deux ans après), j’ai pris conscience qu’il n’en était rien. C’est même pire.

Le livre numérique, état des lieux

Il y a deux ans, donc, une de mes filles m’a dit : « Je n’aime pas trop la liseuse ; je préfère un vrai livre ». Mais qu’est-ce qu’un vrai livre ? Autrefois volumen, devenu codex, transformé en livre de poche, aujourd’hui électronique, l’une de ses formes  peut-elle prétendre définir à l’exclusivité de toute autre ce qu’est un livre ?

En ce qui me concerne, longtemps, j’ai lu sur papier. Longtemps, ma passion pour le numérique a eu pour borne le livre papier. Je n’avais pas alors perçu tout ce qui faisait la richesse du livre numérique. Mais à présent que je le comprends, je ne cesse de lire sur ma tablette, sur mon téléphone ou mieux ma liseuse. Je suis devenu un lecteur avide et je n’aime rien tant qu’indiquer la progression de ma lecture sur Goodreads et voir ce que lisent mes amis.

D91A584B-5B9A-4FF7-84BD-8EB4D446E127

Malheureusement, cette ardeur est vite tempérée par le catalogue exsangue que les éditeurs proposent. Lire Si c’est un homme ? Pas possible. Lire Les Mots ? Non plus. Lire Ellis Island ? Vous n’y pensez pas. Lire Enfance de Nathalie Sarraute ? Lire Journal extime. N’y pensons pas non plus. Ni Levi, ni Perec, ni Sartre, ni Sarraute, ni Tournier n’ont vraisemblablement mérité que des éditeurs se livrent à leur première mission, celle de diffuser l’œuvre des écrivains, celle d’être un peu le héraut de ces artistes. Mais, après tout, ils ont bien manqué le rendez-vous avec Proust, Gracq ou Artaud. Alors on n’est pas très étonné de ces lacunes du catalogue que donc, par définition, les éditeurs possèdent pourtant déjà. Ils sont capables de rater deux fois le même rendez-vous.

Alors, on cherche ailleurs. Mais j’y reviendrai…

Si d’aventure on trouve l’ouvrage désiré, que se passe-t-il ? Prenons un exemple. J’ai acheté L’Âge d’homme de Michel Leiris. L’ouvrage est publié par Gallimard. C’est un ePub flambant neuf. Cet ouvrage de 1939 a bénéficié d’une « édition électronique » le 25 janvier 2016 (édition réalisée par Inovcom). Qu’est-ce que ça donne ?

964EFA85-08A8-4159-89DC-57047943ADD5

L’ouvrage, du moins la première partie, est truffé d’erreurs. On trouve les traditionnels guillemets ou points d’exclamation qui se retrouvent tout seuls au début d’une ligne. On trouve des signes de ponctuation qui n’ont rien à faire là où ils se trouvent. Un point ici, un signe de parenthèse là. Et on comprend que le scanne du livre papier n’a pas dû faire l’objet d’une relecture très attentive. Par conséquent, le lecteur achoppe sur des bouts de phrases qui ne veulent rien dire : « clans de telles conditions », « aucun danger de ment », « on petit dire »…

151F85FF-7A1D-4C14-BF5D-6937B11C6F27

Dans L’Enfant de Jules Vallès, il y a certes moins d’erreurs (il y en a cependant un nombre important), mais parfois il manque carrément un mot.

8C2F1634-0C23-4191-A930-6B6C4DAB9C0D

Toutefois, ce qui est bien avec Amazon, c’est qu’on peut signaler les erreurs. Du coup, j’en ai signalé près d’une vingtaine. Évidemment, ces erreurs se retrouvent chez le concurrent. Chez Apple par exemple. Cela me laisse perplexe d’ailleurs. Sachant à quel point ils sont excessivement vétilleux et zélés chez la pomme, je subodore que certains éditeurs bénéficient de passe-droits ou du moins d’une certaine clémence. En ce qui me concerne, Apple a retiré de son store un de mes bouquins pour des erreurs qui n’existaient pas.

264697CD-611E-4BB3-8807-60D92ADDB3D5

Mais les éditeurs s’en fichent comme de l’an 40 ! La preuve ! Ces deux erreurs sont dans cette édition depuis des années et des années et elles n’ont jamais été corrigées !

2CD3FCB8-8247-4691-B8A6-2EC95F8DC52D

L’ePub, ce mal aimé des éditeurs

En fait, ces éditions électroniques que les éditeurs confient à je ne sais trop qui, elles les indiffèrent un peu ! Assez cruellement, ils vont jusqu’à prétendre qu’il n’y a aucun intérêt à s’intéresser au marché du livre numérique.

En lisant cet article de Numerama, on découvre que ce livre numérique serait même moribond. L’article, dont voici l’en-tête, propose ironiquement un intéressant état des lieux tel que les éditeurs le définissent :

L’ebook va mourir ! Mais si, vous l’avez lu un peu partout dans la presse il y a quelques semaines. Les études le prouvent : le marché du livre numérique serait au point mort quand le livre papier reviendrait en force. Pour certains, l’affaire est pliée, le bon vieux bouquin a gagné et la technologie a perdu. Enfin ça, c’est ce que certains aimeraient croire. Sans doute un peu parce que ça les arrange.

Parce que ça les arrange. C’est exactement ça.

Parce que si le livre numérique se meurt, c’est quasi in utero. Les éditeurs ont pris si peu le temps de le mettre au monde ! On peut le comprendre. Ils sont tellement contents de ce marché à 4 milliards d’euros. C’est le plus gros en France devant le cinéma ou le jeu vidéo. Ils sont plein aux as. Ils parviennent même à faire croire aux gens que le vrai livre s’incarne dans cette reliure de feuillets apparue grosso modo à la Renaissance (bon, d’accord, exit le cuir et le vélin et place au papier recyclé sur lequel l’encre s’efface). Pourquoi investir dans un nouveau modèle ? Pourquoi dépenser de l’argent alors qu’ils en gagnent tant avec un business model déjà bien établi ?

Bien sûr, on le leur a déjà dit, mais n’ayons pas peur de le répéter. Les éditeurs vont mourir. Exactement comme cela s’est passé avec la musique. D’abord, il y aura le piratage. Oh ! Chers éditeurs, ne prenez pas cet air exaspéré ! Le moyen de faire autrement ? Vous croyez que je l’ai lu comment, Enfance de Nathalie Sarraute ? Sincèrement, je préfère acheter mes livres, mais quand ils n’existent pas… Et c’est pareil pour Journal extime de Michel Tournier. D’ailleurs, j’étais prêt à l’acheter en papier. Après trois passages vains chez mon libraire (pas préféré), je suis allé le chercher ailleurs…

Le piratage n’est que la première étape. La seconde est un remplacement. Comme pour les disquaires ou les plateformes n’ayant pas su évoluer, de nouveaux acteurs débarquent sur le marché avec leurs longues dents qui rayent le plancher. Les Spotify ou les Deezer pour la musique. Et pour l’édition ? Eh bien cherchez qui jettera la première pelletée de terre sur le mausolée que les éditeurs se sont confectionné.

Pour ma part, j’ai choisi l’autoédition. Je publie les versions numériques de mon dernier livre chez Apple, Amazon, Kobo, Google Play… Et j’ai même une version papier avec Createspace. Mais je ne suis pas là pour vous parler de mon expérience d’auteur. Je suis là en tant que lecteur. Et je suis un lecteur déçu, c’est-à-dire au sens étymologique trompé. Je me suis bien fait avoir. Je ne vous remercie pas.

Au reste, quitte à trouver des erreurs, je préfère encore télécharger un livre provenant de Wikisource et aider au bien commun en corrigeant les erreurs quand j’en trouve.

85C96797-6ACF-475A-9429-70746FE8E832

Quand l’édition numérique tourne à la farce

Les ouvrages que l’on peut acheter sont donc de bien mauvaise facture, on vient de le voir. Ce qu’on ne sait pas, c’est que c’est encore pire que ce que l’on peut penser, un peu à l’image de cette reproduction qui, devenue numérique, est vide de sens.

45A096F9-0768-4C4A-81A1-91F0C667BF2E

Mais la dernière acquisition que je viens de faire me laisse quasiment sans voix.

Voici.

La dernière de mes filles vient de finir Les Malheurs de Sophie. C’est une lecture qu’elle a appréciée. Pour prolonger ce plaisir littéraire, on décide de télécharger Les Petites filles modèles. On choisit une édition payante avec des illustrations de Pénélope Bagieu qui nous semble sympathique (Folio Junior).

016B05DC-75B9-4247-AA85-CBD97548AE90

Et c’est tout. Je donne la liseuse à ma fille.

Constatant le peu d’engouement de celle-ci, je m’étonne sans plus. Puis, nonchalamment, je regarde où elle en est de sa lecture. Tout d’abord, je suis un peu surpris de la mention d’une 2CV chez la comtesse de Ségur. Et puis l’évidence me frappe ! La couverture est la bonne mais le livre, à l’intérieur, est… tout autre. Il s’agit de La Troisième vengeance de Robert Poutifard ! J’ai acheté Les Petites filles modèles. J’ai la couverture des Petites filles modèles, mais à l’intérieur, c’est La Troisième vengeance de Robert Poutifard  !

Le livre n’est donc pas le bon. Gallimard s’est trompé de livre !

J’avais déjà été déçu par le passé mais là c’est le coup de grâce. C’est désormais l’évidence. Le livre numérique, c’est un naufrage dont les éditeurs sont pleinement responsables.

Le livre numérique est né au Moyen Âge

Une exposition à la Bodleian Library

En passant à Oxford (que c’est beau !), et au hasard d’une promenade, j’ai eu la chance de voir une exposition sur le livre à la Bodleian Library. Mon attention a tout d’abord été attirée par une vidéo racontant l’incroyable processus de création d’un livre manuscrit. Non pas qu’on y apprenne grand-chose de nouveau, mais cela m’a inspiré quelques réflexions.

On le sait, le livre est un objet incroyablement complexe. L’ensemble du processus rend compte de sa richesse : de l’animal dont on a récupéré la peau, à sa longue préparation (comme le rappelle l’exposition avec humour, « l’animal ne naît pas rectangulaire »), en passant par la constitution de l’encre, la taille de la plume, l’écriture patiente et soignée, les emplacements laissés à l’enlumineur dessinant, peignant à grosses gouttes puis appliquant ses feuilles d’or et, pour finir, le travail de reliure des feuillets à la grosse aiguille et l’épaisse couverture protégeant le tout et souvent accompagné d’un fermoir savamment ouvragé. On voit bien à quel point le livre était un bel ouvrage (désolé pour la tautologie).

Métamorphoses du livre

Naturellement, le livre tel qu’on le connaîtra ensuite tout au long des siècles qui ont suivi la découverte de l’imprimerie subira bien des métamorphoses. Il aura fallu inventer le papier, matière première indispensable pour que les orfèvres travaillant le métal appliquent leur savoir-faire à la création des fontes (lisez L’Apparition du livre de Lucien Febvre et Henri-Jean pour en savoir plus sur le sujet).

13C30C74-D977-4F22-9A7A-DDF0ACD2E2DC

La confection de l’objet connaîtra une nette accélération malgré une confection encore très artisanale pendant des années et des années, et puis, dans les années 1950, on en est arrivé à la démocratisation de la chose. Un jour, le livre est devenu *livre de poche*. Papier recyclé, colle séchant précocement et cassant, encre s’effaçant au contact du pouce ; objet devenu courant et accessible mais devenu si laid et ayant perdu sa consistance ; il semble à peine le reflet de ses illustres ancêtres.

9E890CF1-4C3B-45C0-8EF2-E49C34FF76C5

Le livre et la nymphe

Ce n’est pas que je regrette que seule une maigre aristocratie ait les moyens de commander et acheter de rares et splendides ouvrages, mais il m’apparaît à présent avec évidence que le livre est un peu comme la nymphe Écho. Malheureuse de ne pas être aimée du beau Narcisse auquel elle ne peut s’adresser, elle dépérit, maigrit et perd son corps pour n’être plus qu’un son. Le livre, aujourd’hui, c’est un peu la même chose. On est passé du superbe objet fait de cuir et de vélin au petit format du Folio et puis il est devenu fichier numérique. Il est presque intangible et ne pèse désormais que quelques kiloctets. À peine. C’est devenu un bien immatériel.

Et vous savez quoi ? Eh bien, c’est tout à fait normal. Ça va dans le sens de l’histoire. Beaucoup de gens expriment leur amour du livre, du papier, de l’objet palpable, lourd et manipulable. Mais cet objet prétendument aimé a commencé à disparaître il y a déjà plusieurs siècles. Précisons dans une parenthèse que je vais très vite refermer que les beaux livres ont trouvé refuge dans les catalogues d’exposition, les livres d’art ou la littérature de jeunesse richement illustrée. Seulement, ce n’est pas la majorité des livres. Notre objet de consommation n’est pas le beau livre. C’est un ersatz qui s’il disparaît un jour face au livre numérique ne saurait vraiment être regretté.

Mais on sait bien qu’il n’y aucune raison pour que le livre même de médiocre qualité disparaisse. C’est même plutôt fortement improbable. Il n’y a d’ailleurs aucune raison de l’opposer à son avatar numérique. Mais ce qui me frappe à présent, c’est combien le livre numérique ressemble à son vénérable ancêtre médiéval. L’exposition que je viens de voir me confirme à quel point le livre ressemble à internet depuis… le Moyen Âge.

89BEDCE8-8302-40AC-AF32-C1E5D096D1C7

Par exemple (voir ci-dessus), on associe la possibilité de laisser un commentaire au site web ou au blog, mais les manuscrits du Moyen Âge offraient déjà cette possibilité aux lecteurs en insérant une large marge dans laquelle on pouvait inscrire quelques ajouts ou surligner les passages importants pour les futurs lecteurs.

AFBF6C93-B8EC-49A2-9667-F7E03361348F

A829396A-0D3D-47F4-9ED6-64615437826F

On voit dans cet ouvrage que l’écriture à plusieurs mains n’était pas l’apanage de Wikipédia. Un livre pouvait être commencé par tel scribe et être poursuivi par tel autre. Un siècle plus tard, un lecteur ajoutait une traduction dans les marges.

C4EE46F2-0C1A-4E85-BE15-839FFA33F101

Dernier exemple (ci-dessus) parmi une kyrielle d’autres que je n’ai pas pris en photo : dans cette bible latine, les scribes ont glissé quelques traductions en anglais un peu à la façon d’une Kindle où l’on peut insérer dans les interlignes des traductions pour aider le lecteur à surmonter les difficultés linguistiques.

De fait, je ne saurais finir sans un clin d’œil amusé à tous ces gens — et ils sont légion — qui craignent que le livre disparaisse alors que la parenté du format ePub avec ses prédécesseurs manuscrits est si évidente ! Si l’évolution du livre vous effraie ou vous horripile, apprenez que cette évolution a commencé bien avant votre naissance. En fait, elle était contenue en germe dès la naissance du livre.

Différencier l’enseignement : deux exemples

Le péril éducatif

L’enseignement que je prodigue essaie autant que faire se peut de s’éloigner d’une transmission qui s’appliquerait aveuglément et indifféremment à tous. Je désire plus que tout prendre le contre-pied d’un enseignement (et ce n’est vraiment pas toujours facile) qui ferait fi des besoins spécifiques de chaque élève.

C’est que, comme le disait Ken Robinson dans Creative schools (chapitre 9 Bring it all back home, empl. 3026) :

One of the perils of standardized education is the idea that one size fits all.

C’est d’ailleurs cette idée qui prévaut quand je propose des dictées différenciées comme en témoigne mon précédent article Cette année la dictée en cache trois. Force est de constater que donner la même dictée à 26 élèves différents, de nationalités différentes, d’âges différents, de niveau différents, de motivations différentes n’a aucun sens. ‍♂️

B8CDDA88-1478-4A86-A395-2F3F8E17751F

Fort de ce point de vue, j’avais commencé par enregistrer mes dictées au format mp3 pour que les élèves les fassent à leur rythme. Mais cette année, chaque dictée est désormais déclinée en trois niveaux pour que les élèves les fassent en fonction de leurs capacités.

Mais qu’en est-il de l’enseignement de la grammaire ? Comment différencier ?

Tout commence par un Kahoot

Tout commence par un simple test, mais pas n’importe quel test. Un Kahoot. Cette très simple application en ligne a la capacité d’électrifier une classe. Et ce n’est pas la moindre merveille de voir tous les élèves se lever, tablette à la main pour répondre aux questions du quiz, bataillant pour trouver la bonne réponse. Quoi qu’on pense de la chose, les faits sont là : on voit des élèves se passionner pour… un test de grammaire ! 😮 Il n’entre pas dans mon sujet d’expliquer plus avant ce qu’est un Kahoot (ou tout autre forme de quiz en ligne, comme Nearpod ou Plickers). Il suffira d’avoir à l’esprit qu’on fait participer tous les élèves. Pas un seul timide ne conserve sa réponse pour lui-même au fond de la classe puisqu’il n’a ni à mettre à l’épreuve sa capacité à parler en public ni à affronter le regard des autres.

F3641BB9-D8A0-4E7A-83B7-DBFFB7B309CC

C’est donc un premier point primordial (si j’ose dire) : tous les élèves contribuent activement et ce dans une atmosphère de joie peu commune.

Tout cela est parfait, mais encore ?

Exploiter les données

Ce qui m’importe, ce sont alors les résultats que j’obtiens dans une feuille de calcul. En effet, quand le test est terminé, l’application génère une page sur laquelle on va trouver toutes sortes d’informations.

ED58ED16-986E-43A2-B554-CEE82848CAD8

Ainsi, j’obtiens un classement (ce qui n’est pas la chose la plus pertinente), mais surtout je vois quel élève a réussi quoi. Par exemple, tout en haut du Google Sheets, apparaît tel élève qui a tout réussi sauf la conjugaison du futur simple. Tel autre a besoin de revoir diverses règles de grammaire et d’orthographe : la nature, la fonction, le pluriel, etc.

Demander le menu !

Je vais donc éplucher cette feuille de calcul afin d’établir un programme spécifique à chaque élève. Pour chacun d’entre eux, je liste les points à revoir. Je prépare un certain nombre de ressources en fonction desdits points. Dans l’exemple ci-dessous, l’élève doit mettre des groupes nominaux au pluriel puis des phrases. À chaque étape de l’exercice, il doit réexpliquer la règle ou du moins formuler ce qu’il a compris, tandis que des élèves qui n’ont aucun souci avec le pluriel s’attèleront à d’autres tâches.

C233FBCE-5307-4BFC-819A-1B8E248A22BE

Bien sûr, du fait qu’on utilise des Google Forms pour faire les exercices, je récupère à nouveau les résultats dans une feuille de calcul. Et l’on sait que la notation (si l’on veut noter) peut même être automatisée en ajoutant à Chrome un add-on comme Doctopus.

Créer du lien

À cela, j’ajoute un document que je donne à l’élève et dont la fonction est double. Il sert de menu indiquant ce que l’élève doit faire. Mais ce document sert également à établir un contact entre l’élève et l’enseignant. Ce document doit permettre à l’élève de dire : « J’ai pu faire ceci, mais pas cela et je vous explique pourquoi » (et naturellement l’enseignant peut répondre en insérant des commentaires). Enfin, au bas de ce document apparaît une date qui fixe le jour de la prochaine évaluation.

022087FB-B354-461D-87F5-BECC01789A09

Pour conclure

Tout cela demande un temps important de préparation. C’est pour cette raison qu’il est fondamental de constituer des banques d’exercices, ce que l’on peut faire entre collègues (par exemple, partager un dossier commun dans lequel on peut mettre les préparations de chacun).

Cela demande aussi beaucoup de temps aux élèves de reprendre là où ils ont des difficultés, de formuler les règles, d’être réévalués, etc. Mais on peut prendre le parti de la lenteur et devenir adepte du slow movement. On a alors non plus des objectifs de rentabilité (réaliser un programme, mettre des notes) mais de qualité (donner à l’élève la possibilité de revenir en arrière, de recommencer jusqu’à ce que l’évaluation soit satisfaisante).

Ken Robinson, dans l’ouvrage mentionné au début de cet article, montre comment la Révolution industrielle a engendré une conception de l’éducation fondée sur la notion de rentabilité. Il développe ensuite une analogie intéressante entre agriculture et éducation. De même qu’on oppose agriculture intensive et agriculture biologique, Ken Robinson oppose une éducation naturelle, biologique à une éducation intensive, industrielle :

education is not an industrial process at all; it is an organic one.

(op. cit., empl. 771)

Et il ajoute plus loin :

As in farming, the emphasis in industrial education has been, and increasingly is, on outputs and yield: improving test results, dominating league tables, raising the number of graduates.

[…]

Education is really improved only when we understand that it too is a living system and that people thrive in certain conditions and not in others.

(op. cit., empl. 810)

Bien des choses sont nécessaires pour que les élèves réussissent (to thrive évoque à la fois la réussite, le développement, la croissance), mais je suis persuadé que le temps et un programme adapté – en l’occurrence en orthographe et en grammaire pour mes collégiens – sont des facteurs essentiels de l’épanouissement scolaire.

Cette année, la dictée en cache trois !

ED4E6990-9034-48CE-8606-615683D4C76C

Désormais, la dictée se décline en trois exemplaires : un texte difficile (niveau expert), le même texte mais simplifié (niveau intermédiaire) et le texte très simple, très court expurgé de toute difficulté (niveau apprenti).

Ainsi, on différencie.

3A377346-1E37-4560-A3F2-98481B07FB52

Comme d’habitude, les élèves font leur dictée avec leurs écouteurs et leur iPad, à leur rythme, à leur niveau et en prenant soin de vérifier leurs erreurs dans le dictionnaire ou le Bescherelle en ligne. Ils peuvent m’appeler. Ils peuvent demander de l’aide à leur voisin. Ils peuvent passer d’un niveau à l’autre.

Enfin, selon la vision d’André Antibi, les élèves se constituent un vivier de dictées pour lesquelles ils peuvent être évalués. Nulle surprise, nul piège, nulle angoisse. Et si on veut valoriser les élèves qui prennent la dictée la plus dure, on peut mettre un coefficient.

Ça et la pratique de la rédaction régulière (sous toutes ses formes), c’est la voie de la maîtrise de l’écrit.

À ce propos, un élève est venu me voir hier, me disant qu’il n’avait pas compris sa note. Je la lui ai expliquée, tableau Excel à l’appui, où il avait « péché ». Il a compris. Je lui ai proposé de refaire la rédaction et de changer la note. Problem solved. 😃

Une correction des rédactions inspirée par Ken Robinson

L’enseignant corrige des rédactions, des dissertations, etc. et émet un certain nombre de remarques, fait des commentaires, etc. Ceux-ci sont très importants et j’ai montré comment une copie numérique peut apporter un feed-back riche. Mais si on habituait non seulement les élèves à recevoir une critique mais aussi à avoir à regard critique ? Voici comment et pourquoi.

67CFF47B-1E64-4726-AB63-F10311FD6185

Les artistes sont habitués à la critique

À la Boston Arts Academy, les élèves ont un programme basé sur l’étude de l’art :

« […] because artists are accustomed to receiving criticism and responding to that criticism quickly, the school is also creating students far better prepared for what will be asked of them once they leave school.

[…]

Our kids are willing to take risks, imagine, work hard, work collaboratively. They take critique, which is a really important part of an arts-based education. » (Creative school, Sir Ken Robinson, Empl. 2729/2736, 66%)

On conçoit ainsi que la critique soit bénéfique. Voici donc une proposition d’application très simple en cours de français.

Comment ?

L’idée est de faire écrire aux élèves une critique (comme celle d’un critique d’art) de la rédaction d’un autre élève (comme si cette rédaction était la publication d’une œuvre).

La critique doit donc :

  • Présenter l’œuvre (qui l’a écrite, quand, quels autres ouvrages ont précédé, etc.)
  • Résumer l’œuvre
  • Faire la critique : dire le bien comme le mal
  • Conclure

J’imagine bien ce travail s’appliquer, au lycée, à un sujet d’imagination. On fait alors comme si le texte réalisé était celui d’un écrivain.

Le texte qui a fait l’objet d’une critique doit permettre à son auteur de reprendre un certain nombre de points (à corriger tout de suite ou pour le prochain devoir). C’est une correction par les pairs (encore qu’il n’est pas nécessaire qu’elle se substitue à celle de l’enseignant). C’est un travail pour le rédacteur comme pour le correcteur/élève. C’est un travail collectif impliquant l’enseignant et au moins deux élèves. Tout cela doit permettre d’enrichir le texte produit tout en invitant son auteur à accepter le regard d’autrui.

Ralentir travaux fête ses 10 ans 🎂

Cette année, Ralentir travaux a dix ans. Un peu plus d’ailleurs, mais j’ai pris l’habitude de fixer l’anniversaire de ce site web à la date d’achat du nom de domaine et de l’hébergement.

Quelques chiffres

Quelques chiffres pour commencer et surtout pour vous remercier. De 2007 à aujourd’hui, vous avez été 15 millions à vous rendre sur Ralentir travaux. Soyez 15 millions de fois remerciés (c’est une image, hein ! 😃). 15 millions, c’est une estimation parce que je n’ai commencé à utiliser Google Analytics que vers 2009, mais je ne dois pas être loin de la réalité. En tout cas, si j’en crois Google Analytics toujours, Ralentir travaux a été visité (presque) partout dans le monde.

E7E7EC28-0B20-4C64-AE40-C37FE5D941D8

Un peu d’histoire

On m’a souvent demandé pourquoi j’avais choisi ce titre : Ralentir travaux ? C’est en effet un titre qui évoque davantage la signalisation routière que la poésie. Et pourtant, c’est le titre d’un ouvrage surréaliste écrit par André Breton, Paul Éluard et René Char. J’aimais ces mots qui évoquent le nécessaire ralentissement (en particulier sur ce qu’on avait alors coutume d’appeler les autoroutes de l’information), mais aussi le travail en cours (le fameux work in progress) et évidemment l’écriture à plusieurs. Ce dernier point n’a pu se faire et pendant toutes ces années, Ralentir travaux n’aura eu qu’un seul auteur. Cela devrait changer, mais n’anticipons pas.

À l’origine, Ralentir travaux s’adressait spécifiquement à mes élèves puis son public s’est élargi progressivement. C’était un tout petit site au départ sur lequel je plaçais les cours qui avaient été réalisés en classe. Ce n’était parfois pas bien brillant ni original, mais c’est ce qui avait été réalisé avec les élèves. Il y avait aussi un cahier de textes qui tout d’abord tenait du journal de bord. Par la suite, j’ai voulu rendre les cours plus complets, plus attrayants en les illustrant, en ajoutant un peu d’interaction. Bref, au fur et à mesure, Ralentir travaux s’est enrichi d’un contenu qui dépassait le cadre du travail produit en classe.

L’enseignant apprenant

Réaliser Ralentir travaux a été pour moi un travail particulièrement enrichissant. Pour mettre en ligne certains contenus, il a fallu lire beaucoup, se documenter, se renseigner, demander, résumer, simplifier, rédiger, et partager. Ce dernier point a été l’occasion d’apprendre comment diffuser mon travail et j’ai ainsi découvert le HTML, le CSS, l’ePub, le Markdown, etc. En somme quand je repense à ces dix ans, j’ai le sentiment d’être resté un élève apprenant perpétuellement et ayant des univers entiers à découvrir.

Ces dix années ont été passionnantes. Cependant, nul doute que l’année qui a vu la publication de mon premier manuel fait avec iBooks Author a été une étape importante de mon travail. Toutefois, l’année où j’ai reçu votre soutien pour renouveler mon matériel et produire un énième manuel et passer à une licence libre représente certainement le souvenir qui m’arrache encore quelques larmes.

Tout ce travail m’a amené souvent très loin de mon bureau : Montréal, Londres, Genève, San Francisco… Mais cette bonne claque géographique à ceux qui font une fixette sur le temps d’écran ne vaudrait rien sans toutes ces personnes fascinantes que j’ai eu la chance de rencontrer. Je pense à Ghislain, François (x2), Anne, Evelyne, Véronique, Nicolas, Jacky, Marie, Christophe, Mireille, Julien et tant d’autres que je ne peux nommer sans établir une liste excessivement longue. Votre apport a été inestimable.

Mais dix ans, c’est long. Or mesurer l’évolution de Ralentir travaux durant ces dix (longues) années n’est pas vraiment facile. Pour cette raison, j’aimerais beaucoup avoir votre avis là-dessus : que représente pour vous Ralentir travaux ? Vous a-t-il aidé à un moment ou un autre ? Quelle image en avez-vous ?

Quel avenir ?

Honnêtement, je n’en sais rien. Je n’ai pas beaucoup de temps à consacrer à mon site. Depuis que je suis à Londres, j’ai encore moins de temps. Mais cela ne veut pas dire que je n’ai pas de projets.

J’ai bien pensé à transformer Ralentir travaux en un wiki accessible à tous. Ce serait la libération ultime de ce site. Ce serait le vôtre. Qu’en dites-vous ?

Cette année, j’ai des lycéens. Ralentir travaux pourrait-il s’ouvrir désormais au lycée ? À voir…

Mais surtout, l’idée de travailler avec vous notamment avec l’objectif de créer un nouveau manuel scolaire libre au format standard ePub est probablement ce qui me tient le plus à cœur.

J’ai aussi très envie de continuer à parler de pédagogie. C’est ce que je voulais faire en ouvrant ce blog Un Centaure à l’école en écrivant ce type d’article. Cela émane en fait de formations que j’ai réalisées et que je réécris pour les publier. C’est assez long à faire, mais, comme à l’accoutumée, passionnant.

Enfin, pour terminer, je ne saurais mettre un terme à cet article sans remercier les deux (seuls) journalistes qui ont jamais apporté un soutien à Ralentir travaux. Je pense à Sandrine Chesnel et Luc Cédelle que je remercie chaleureusement.

Workflow

Workflow est une application extraordinaire dont j’ai parlé à deux reprises (sur mon blog et sur YouTube). Malheureusement, la prise en main de cette application peut s’avérer quelque peu complexe. J’achoppe moi-même régulièrement sur telle ou telle difficulté et, comme toute le monde, dans ces conditions, Google est mon ami.

Avec le temps, j’ai compilé quelques articles, quelques vidéos ou émissions audio qui pourront vous être utiles. Plus tard, lorsque j’en aurai le temps, je présenterai quelques exemples de workflows que j’ai créés.

En attendant, voici les ressources que j’ai débusquées afin de mieux comprendre le fonctionnement de Workflow. Beaucoup d’entre elles proviennent de MacStories (en suivant ce lien, vous trouverez tout : Workflow – Search Results – MacStories).

Je précise que la plupart de ce que vous trouverez ci-dessous est en anglais. Quelques-uns, très rares, sont en français. Je les ai signalés d’un petit 🇫🇷 ou 🇬🇧.

Un dernier mot. Ne manquez pas d’aller faire un tour sur Twitter. Vous trouverez plein de choses :

Articles sur Workflow

Workflow sur YouTube

7 émissions audio sur Workflow

Téléchargez des Workflow

Quelques Workflows que j’aime


Dans le domaine de l’automatisation sur iOS, il existe une autre application célèbre : Launch Center Pro. Les différents articles qui suivent peuvent vous aider à mieux comprendre le fonctionnement de Workflow.

x-callback-url

Launch Center Pro

Ralentir travaux, bientôt 10 ans !

Je viens de terminer un cours sur l’accord du participe passé. Vous n’avez pas idée du temps que j’ai passé à construire ce cours ! 😃 Mais je crois que ça en vaut la peine.

Ce cours illustre la façon dont je vois les choses, et l’orientation que devrait prendre Ralentir travaux.

Je conçois depuis fort longtemps déjà qu’un site web doit être accessible et présenter une approche dynamique de la notion à appréhender. C’est ici en quelque sorte une pédagogie active qui est à l’honneur. L’apprenant (qui n’est pas forcément un élève) ne doit pas être un simple lecteur (ou alors il peut se contenter de prendre un simple manuel de grammaire sur papier), mais doit être mis à partie. Il faut le faire travailler.

C’est pourquoi cette page web présente un cours progressif faisant, par des exercices interactifs, découvrir la notion à comprendre. On trouvera alors

  • Du texte
  • Des fichiers audio
  • Une correction (qu’un peu de JavaScript dévoile en temps voulu)
  • Des vidéos
  • Des images (illustration, gif animé, carte mentale)
  • Des exercices interactifs

L’ensemble a été réalisé avec Coda (HTML 5, CSS, JavaScript) envoyé sur mon serveur avec Transmit (à ce propos Workflow fait le tout automatiquement : redimensionner et téléverser l’image). Mais auparavant, tout a été écrit en Markdown puis exporté en HTML avec Ulysses.

Les fichiers audio ont été créés avec GarageBand, les vidéos avec Adobe Spark Video (beaucoup d’images ont été faites avec Keynote et animées avec iMovie), la carte mentale avec MindNode, le gif animé avec GIFToaster. Les exercices ont été faits avec HotPotatoes.

image-2

La tentation du hobbit

Un trou de Hobbit
Un trou de Hobbit

On connaît bien la première phrase du Hobbit de Tolkien :

Dans un trou vivait un hobbit.
Ce dernier y vit confortablement, jouissant d’un confort que les turpitudes du monde extérieur ne viennent pas perturber. Puis un jour Gandalf arrive. Et l’aventure avec lui.

Dans Le Seigneur des anneaux, il en va de même. Frodon, un hobbit toujours, va devoir quitter sa comté et aller au devant du danger. Il s’agit encore de quitter son confort, mais contrairement au volume précédent, il ne s’agit pas de partir à la recherche d’un trésor, mais de détruire celui-ci. C’est une quête inversée. C’est l’envers de L’Île au trésor. On ne veut pas du trésor, du précieux. On veut s’en débarrasser.

J’ai toujours perçu – même confusément dans ma jeunesse – qu’il y avait là quelque allégorie, quelque sens secret, assez évident. Mais je lui donne aujourd’hui un sens nouveau assez proche de la parabole des talents.

Le talent est une pièce de monnaie. Elle n’est certes pas en or (encore qu’à lire le Dictionnaire historique de la langue française, les choses ne soient pas si simples), mais le discours biblique nous invite à faire fructifier cet avoir (de cette parabole nous vient d’ailleurs le mot « talent », le don, la disposition, l’aptitude). On peut le faire fructifier de multiples façons.

Selon saint Jean Chrysostome, il faut par ce mot de talent « entendre tout ce par quoi chacun peut contribuer à l’avantage de son frère, soit en le soutenant de son autorité, soit en l’aidant de son argent, soit en l’assistant de ses conseils par un échange fructueux de parole, soit en lui rendant tous les autres services qu’on est capable de lui rendre. » (Wikipédia)
« par un échange fructueux de parole »…

N’est-ce pas là ce qui caractérise les réseaux sociaux ? Des échanges fructueux de parole ? Le social se traduisant par du logos. Ou plutôt devrais-je écrire « ce qui devrait caractériser » les réseaux sociaux ? Mais on sait bien que ce n’est pas le cas. On ne peut pas s’y exprimer sans s’attirer les sarcasmes d’un illettré. On a vu des enseignants appeler au viol et au meurtre. Le racisme et l’intolérance s’y affichent avec délectation. Marine Le Pen a un million d’abonnés.

Bien souvent, je me dis : « Mais que fais-je là ? »

En ce cas, je prends mon « talent » qui, en toute modestie, n’est qu’un bienveillant babillage. Je le jette dans le Mordor, cet endroit plein de trolls, et je retourne dans mon trou.